Par
Pas de commentaires

Le combattant de Gentilly, 17 ans, est monté sur la deuxième marche du podium mondial, en fin de semaine dernière au Maroc. Une promesse d’avenir.
L’année 2009 avait commencé par deux énormes désillusions : une élimination dès le 1 e r tour des Championnats d’Europe juniors, en février à Paris, puis une « nouvelle grosse déception », deux mois plus tard aux Championnats de France, avec une simple médaille d’argent. Vendredi à Rabat (Maroc), deux mois après ses 17 ans, Jordan Laugier (Gentilly) a en partie chassé ses mauvais souvenirs en devenant vice-champion du monde junior en – 76 kg. Battu en finale par l’Iranien Fadakar (1-2), le Val-de-Marnais sait pourtant qu’il est « passé tout près du titre ». Une nouvelle déception ? « C’est une médaille d’argent au goût d’or », positive Laugier. Tout simplement parce que cet élève de terminale au sport-études de Châtenay-Malabry sait qu’il revient de loin… Début octobre, une péritonite, avec début de septicémie, l’avait en effet mis KO ! Opéré le 4 octobre par coelioscopie, le longiligne karatéka (1,84 m) n’a repris l’entraînement que trois semaines plus tard. « Il n’était pas à son niveau en finale, juge d’ailleurs son oncle, Stéphane Caraartinian, son formateur depuis six ans et son professeur à Gentilly. Cette médaille, il est allé la chercher au mental. Sa grande force, c’est qu’il a la gagne en lui. Tout petit, il avait des
attitudes de fonceur. On entendra parler de lui… »
Passionné de musées, d’histoire et de musique, Jordan Laugier a d’autres atouts : il n’a « pas la grosse tête » et « adore le travail », détaille Stéphane Caraartinian. « C’est un boute-en-train et un élément fédérateur du groupe, qui sait tout faire techniquement », note aussi Olivier Baudry, son entraîneur en équipe de France. « Ma médaille est un aboutissement après des années de travail et de remise en question, conclut Jordan Laugier dans un sourire. Mais en même temps, c’est un tremplin. » Pour être champion du monde « un jour », glisse-t-il, chez les grands.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *